Batailles n° 92

Au sommaire

Printemps 43 : le tournant de la guerre

 

  • Opérations
    • Norvège 1940, la Kriegsmarine perd la guerre sur mer
    • 1940, le corps expéditionnaire français en Norvège centrale
    • Kurt « Schneller » Meyer et la campagne de Yougoslavie
  • Armée britannique 
    • Etre tankiste de Sa Majesté
  • Opérations
    • « 30 secondes sur Tokyo », le raid de Doolittle contre le Japon, avril 1942
    • Pont aérien en Tunisie, exploit ou sacrifice inutile de la Luftwaffe ?
    • Hiver/printemps 1943, le basculement du conflit ?
    • La bataille de Cassino : les Diables verts en action
    • 1943, la dernière offensive des U-Boote

Batailles – n° 92

2,00

Les années se suivent et se ressemblent, au moins en ce qui concerne la presse : en 2020, les ventes globales de la presse ont baissé de 11% et, ce qui est sans doute plus grave encore, plus de 1 000 marchands de journaux ont disparu. Chez Ysec, il est encore trop tôt pour tirer des enseignements, les résultats des derniers numéros de l’année n’étant pas connus, mais il est évident que nos deux magazines n’ont pas souffert autant que la moyenne de la presse française. Il ne faut cependant pas pavoiser. Nous voyons autour de nous des magazines disparaître. Nous préférons aller de l’avant. À partir de cette année, le rythme de parution des hors-série Batailles passe de 2 à 4 numéros par an ! Le prix de l’abonnement est particulièrement attractif : 38 € au lieu de 50 € en kiosque pour un an de hors-série.

Pour exister, un magazine a besoin d’une ligne éditoriale claire et différente de celles de la concurrence. Pour Tranchées, sur la Première Guerre mondiale, c’est assez simple car il n’existe qu’un seul confrère, sur un positionnement très différent. Pour Batailles, la tâche est plus rude car il y a une multitude d’autres revues, plus ou moins spécialisées dans les domaines aérien, naval, terrestre et même géographique et temporel : cette spécialisation apporte sans doute un socle de lecteurs, mais elle enferme. L’histoire de la Seconde Guerre mondiale ne se limite pas à la bataille de Normandie en 1944 ou à deux moins de conflit en France, en 1940. Elle ne se limite pas non plus aux seuls engagements de chars ou d’avions.
C’est pourquoi Batailles fait entendre une petite musique différente des autres. Notre magazine est celui de la découverte, de l’ouverture d’esprit. On y trouve de tout, sur tous les fronts, à toutes les dates. Ce numéro en fait la preuve, une fois encore : un article de stratégie sur le tournant du conflit au printemps 1943, deux sur la campagne de Norvège en 1940, un autre sur la carrière de Kurt Meyer (Panzer Meyer) en Yougoslavie en 1941, deux articles d’aviation, l’un sur le raid de Doolitle sur Tokyo et l’autre sur le pont aérien allemand vers la Tunisie, une étude sur les paras allemands à Cassino, une autre sur les dernières victoires des U-Boote dans la bataille de l’Atlantique en 1943, et enfin, un papier sur les tankistes britanniques. Il y en a pour tous les goûts, dans les airs, sur terre, sur mer, sous la mer. Bon, évidemment, nous n’avons rien trouver à dire de nouveau sur le char Tiger et la bataille de Normandie. Mais nous cherchons, ça viendra ! Un hors série vraiment inédit sur la Normandie est en préparation. Bonne lecture à tous.

Yves Buffetaut, directeur de la publication