L’Artillerie de tranchée allemande – Thierry Ehret

Le mortier de tranchée allemand

18,00

6 en stock

Dès le début de la Grande Guerre, l’armée allemande prend l’ascendant grâce à son artillerie de tranchée. En effet, les états-majors prévoyaient une courte guerre de mouvement et c’est un front immobile qu’ils doivent gérer.

Bien sûr, les troupes d’infanterie ont intégré la fortification de campagne dans leur entraînement dès 1910. Mais il n’en reste pas moins que les protagonistes du conflit entrent tous en guerre sans artillerie de tranchée. La guerre de position  bouleverse complètement les tactiques de combat. Elle met aussi en pleine lumière des matériels performants, jusque-là gardés dans le secret de certaines places fortifiées. Ainsi, le minenwerfer, mortier de tranchée du génie conçue pour la guerre de siège, révèle très vite toutes ses possibilités. Son tir courbe et ses munitions fortement chargées en explosifs le dotent « d’une puissance incomparable contre les réseaux, et contre le personnel ». Dans le contexte de la guerre de position, cette artillerie de tranchée s’avère très supérieure à l’artillerie à tir tendu. Le canon de tranchée « tue beaucoup autour de lui. (…) Il détruit la tranchée rapidement et à peu de frais. »

Le minenwerfer a été conçu comme arme du génie, avec affût fixe et tir plongeant de courte portée. Au cours de la guerre, il s’adapte et évolue dans des domaines insoupçonnés. Il devient mobile, intègre le tir tendu, augmente sa portée. Cela le rend efficace face aux avions et aux chars d’assaut. Ainsi, cette pièce maîtresse de l’artillerie de tranchée allemande traverse toute la guerre. Et ceci malgré la concurrence des matériels de circonstance, de courte durée de vie, qui n’affecte pas l’appréciation générale positive de cette arme.

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

Poids 0,26 kg
Dimensions 30 × 21 × 0,5 cm
Date de parution

Juin 2020

Pages

82

Illustrations

138

EAN-13

9782846733472